Quel est l'enjeu ?

Être jeune devrait être synonyme de possibilités infinies en matière d’apprentissage, de carrières et de parcours de vie. Mais la réalité n’est pas toujours aussi simple

Comment l’OCDE peut-elle agir ?

Comprendre les bouleversements qui touchent l'économie mondiale, l'éducation et le marché du travail est au cœur de l'activité de l'OCDE. En partageant certaines de nos connaissances, nous voulons vous aider à aborder l’avenir plus sereinement. Let’s go !

Des phénomènes tels que la numérisation, l’automatisation et la mondialisation des échanges ont profondément transformé notre façon de vivre, d’apprendre et de travailler.

De nouveaux métiers apparaissent, et la demande du marché du travail pour certaines compétences diminue, alors que de nouvelles aptitudes deviennent très recherchées.

Détective de données

Responsable de l'approvisionnement éthique

Master en Edge Computing

Conseiller en entraînement physique

Technicien de santé assisté par IA

Aujourd’hui, il est bien plus probable de devoir changer de poste fréquemment, et de métier plusieurs fois au cours de sa carrière.

Cela s’explique principalement par la transformation de nos économies et à l’avènement de nouveaux modèles commerciaux : Dans certains pays, les emplois de service et le travail « atypique » se développent : Contrats à temps partiel ou temporaires, essor du travail indépendant et des « petits boulots ». Souvent, les avantages sociaux – assurance médicale, congés maladie, retraite – sont plus limités que pour des emplois salariés classiques.

Video du roadshow au Mexique

La crise liée à la pandémie de coronavirus (COVID-19) a accéléré ces changements et leur impact au-delà du prévisible.

La scolarité, et la vie sociale ont été perturbées, des emplois ont été perdus, le travail à distance est devenu la norme et les revenus ont globalement chuté.

Les coûts économiques et sociaux de cette pandémie sont élevés.
Il faudra du temps pour que le monde s'en remette. C'est le moment de réfléchir à ce que nous voulons pour l'avenir du travail, et à la manière dont le monde et nous-mêmes sommes en train de changer.

Concrètement, cela peut signifier de repenser votre façon d’apprendre,
d’envisager votre carrière ou l’endroit où vous prévoyez de vivre.

D’où l’importance de vous demander ce qui compte le plus pour vous,
et ce dont vous avez besoin pour atteindre vos objectifs.

Pourquoi c'est important pour ma génération

Même avant le COVID-19, les jeunes déclaraient qu'ils étaient principalement inquiets de parvenir à boucler leurs fins de mois, de tomber malades ou de perdre leurs revenus. Plus d'information

Les Millennials et la Génération Z (les personnes nées dans les années 1980, 1990 et 2000) ont déjà été confrontés aux effets de la crise financière mondiale de 2008

Dans certains pays de l'OCDE, jusqu'à un jeune sur trois s’est retrouvé sans travail ni formation. La situation s'est ensuite améliorée en une décennie et le niveau d'emploi des jeunes, avait rattrapé début 2020 celui d'avant la crise dans la plupart des pays de l'OCDE.

Comment la pandémie a affecté les jeunes

Néanmoins, bon nombre de ces progrès ont été annulés par la crise du COVID. Les jeunes font partie des personnes les plus exposées au chômage.

Ils occupent souvent des emplois moins sûrs, plus précaires et peu qualifiés, et travaillent dans les industries les plus touchées par la crise, comme le tourisme et la restauration. En mai 2020, en moyenne dans les pays de l’OCDE, près d'un jeune sur cinq était au chômage. En tête de leurs préoccupations aujourd'hui : la santé mentale, l'emploi et le revenu.

Je ne pense pas forcément que la pandémie ait changé les compétences techniques dont j'aurai besoin, mais elle a certainement attiré mon attention sur les compétences générales que je dois développer.

Un participant - Learning in Progress
survey with World Skills

Je pense que cette pandémie nous a aidés à réaliser que nous devons prendre du temps pour nous-mêmes. Le surmenage et l'éloignement des personnes qui nous sont chères n'est bon pour personne.

Un participant - Learning in Progress
survey with World Skills

Cependant, même en ces temps incertains, les jeunes se mobilisent.

Des organisations dirigées par des jeunes dans les pays de l'OCDE ont lancé de nouvelles initiatives pour aider à lutter contre certains effets de la pandémie, notamment en soutenant les personnes âgées, en luttant contre la solitude et l'anxiété, et en venant en aide à d’autres jeunes, dans les domaines de l’éducation et de l’insertion professionnelle.

Ce que les pays peuvent faire

À l'OCDE, nous aidons nos pays membres à concevoir des politiques qui amélioreront la vie des jeunes

Les pays savent à quel point il est vital pour les jeunes d’être entendussur les questions de l'apprentissage et du travail.

Nos membres ont récemment demandé à l'OCDE d'élaborer un nouveau plan d'action pour la jeunesse en 2021, pour lutter contre le chômage élevé des jeunes et mieux les aider à atteindre leur véritable potentiel.

De la pandémie en cours à l'avenir du travail, nous produisons les données, analyses et recommandations dont les pays ont besoin pour élaborer des politiques publiques efficaces.

Que vous soyez étudiant, jeune travailleur, chômeur ou jeune entrepreneur, nous aimerions vous donner l’opportunité de participer à cette conversation à travers cette plateforme.

Vous pouvez

Participer à notre enquête « Je suis l'avenir du travail » et contribuer par une vidéo ou un avis qui sera publié ici, mais aussi diffusé au Forum de l'OCDE (notre plus grand événement annuel) et lors d'autres événements importants en 2021.

Rejoindre le nouveau conseil de jeunes de l'OCDE, Youthwise. Pour en savoir plus, consultez la page de l'enquête.

Répondre à l'enquête

J'ai participé à de nombreux événements au cours de l'année dernière, mais la plupart du temps, il s'agissait davantage d'une formalité, comme pour dire "nous amenons des jeunes à la table de discussions", mais il n'y avait aucun suivi ni aucune action entreprise en conséquence. Nous devons changer ce comportement consistant à faire venir un jeune par pure formalité. Il n'existe pas vraiment de plateforme offerte aux jeunes pour qu'ils puissent réellement agir. Développer de tels espaces et donner aux jeunes des rôles plus clairs concernant ce qu'ils peuvent faire nous permettrait d'avoir davantage de continuité et d'autonomiser les jeunes.

Noelle Guirola Paganini, Ancienne Vice-Présidente mondiale des relations publiques,
AIESEC (webinaire de l'OCDE sur Youth and COVID-19: Response, Recovery, and Resilience, Washington D.C, États-Unis)

Quel est l'enjeu ?
Pourquoi c'est important pour ma génération
Ce que les pays peuvent faire